DNB

AMÉLIORATIONS DU DNB :

CE QUE LE SNALC PROPOSE AU MINISTÈRE.

Par Alice EISSEN, secrétaire nationale à la pédagogie
et Jean-Rémi GIRARD, vice-président du SNALC

Suite à la rencontre du nouveau DGeSco (Directeur général de l’enseignement scolaire), Jean-Marc HUART, le SNALC a procédé à une enquête sur le DNB et la façon dont on pourrait le rendre plus digeste. Merci à tous ceux qui ont pris le temps de répondre, vous avez contribué à la proposition que le SNALC a soumise à la DGeSco.

LES RÉSULTATS NE NOUS ONT PAS ÉTONNÉS. Vous êtes très majoritairement insatisfaits de la nouvelle mouture du brevet (78 %), préféreriez revenir au contrôle continu (85 %), jugez que l’échelle de points utilisée actuellement pour l’évaluation du socle est bien trop généreuse (85 %),


n’appréciez pas spécialement qu’au sein d’une même épreuve soient réunies plusieurs disciplines (77 %) et doutez de la pertinence de faire passer des oraux en groupes (82 %).

Enfin, vous souhaitez très largement que les épreuves terminales pèsent plus que le socle commun dans le DNB (84 %).

Enfin, vous souhaitez très largement que les épreuves terminales pèsent plus que le socle commun dans le DNB (84 %).
Sur l’échelle de points pour évaluer le socle, il ressort des avis un manque de progressivité. Vous jugez anormal qu’un élève qui ne fait aucun effort, rend copie blanche et est absentéiste ait le même nombre de points qu’un élève en grande difficulté qui fournit un travail. Vous ne souhaitez plus qu’une maîtrise fragile octroie la moyenne.

Concernant les épreuves terminales, pour vous, les épreuves de français et mathématiques doivent être conservées à 91 % et avoir un poids supérieur aux autres (particulièrement à l’épreuve orale). Vous souhaitez le maintien de l’épreuve orale à 91 %. De plus, 34 % d’entre vous souhaitent la disparition de l’épreuve de sciences et technologie (aucun champ disciplinaire surreprésenté dans les réponses) et vous remettez en cause le principe de tirage au sort à 78 %, la solution la plus plébiscitée étant la présence des 3 disciplines à 54 %.
Enfin, l’idée d’un DNB attribué exclusivement sur la base d’épreuves terminales est jugée plutôt mauvaise à près de 40 %.