Dies Irae

 Le SNALC a appris avec colère la création , par le Ministère de l’Education Nationale, d’un prix  Jacqueline de Romilly, destiné à « valoriser les initiatives pédagogiques innovantes en langues et  cultures de l’Antiquité (…) pour favoriser le rayonnement des langues anciennes. »

Dans le contexte actuel de suppression effrénée des options de grec et de latin, la création d’un tel prix aux objectifs à première vue louables, ne peut apparaître que comme une provocation aux professeurs, aux élèves et aux parents. Ce sont eux qui luttent tant bien que mal contre tous les obstacles institutionnels menaçant ces enseignements affaiblis depuis des années et désormais en coma artificiel.

Il est par ailleurs pour le moins indécent de se réclamer du nom de Jacqueline de Romilly, infatigable humaniste au service d’un enseignement disciplinaire de qualité, pour faire la promotion d’une opération publicitaire sacrifiant à toutes les modes délétères du moment : interdisciplinarité à tout crin, obsession des TICE et inénarrables compétences…

Le SNALC appelle les professeurs de langues anciennes, bien seuls dans les classes qui leur restent, à participer du rayonnement des grands textes fondateurs en latin et en grec, à ignorer ce gadget dérisoire. Il demande enfin au Ministère, s’il persiste à préférer la poudre aux yeux aux mesures nécessaires, de respecter au moins la mémoire d’une grande humaniste, en modifiant le nom de ce prix. 😀

Paris, le 2 décembre 2011

Contact : Béatrice BARENNES,

Secrétaire National à la Pédagogie du SNALC, 01 47 70 00 55

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *