COMMUNQUE : CHARTE DES PROGRAMMES.

snalc logo

 

Charte des programmes : un point de départ intéressant.

Le SNALC-FGAF a pris connaissance de la charte des programmes publiée aujourd’hui par le Conseil Supérieur des Programmes. Notre organisation avait été reçue au cours de son élaboration et avait pu donner en amont son avis sur le texte.

Le SNALC-FGAF se félicite tout d’abord que les orientations qu’il avait définies avec le SNE-FGAF et plusieurs associations de spécialistes dans une lettre ouverte en décembre dernier aient été reprises : on y retrouve nos exigences de clarté, de progressivité, de cohérence disciplinaire ainsi qu’entre les disciplines, d’adéquation entre le contenu et l’horaire. La liberté pédagogique des enseignants est également bien prise en compte par le texte. La plupart des remarques que nous avions faites sur le projet de texte ont été reprises, telles que la mention de l’apprentissage de « l’esprit critique » ou une meilleure inclusion des professeurs documentalistes. La place donnée aux disciplines scolaires, essentielles pour nous, est désormais plus importante, ce qui nous satisfait.

Le SNALC-FGAF reste bien entendu extrêmement vigilant quant à la mise en œuvre à venir de cette charte. Le texte est très général et ouvre un champ des possibles qui peut permettre le meilleur, mais aussi le pire. C’est pourquoi nous continuons à demander, en opposition à la logique des cycles, que les repères annuels mentionnés soient systématiques, afin que les programmes correspondent à la réalité des établissements scolaires. Nous maintenons également nos réserves quant à la place attribuée au numérique, trop souvent considéré comme une baguette magique qui viendrait résoudre tous les problèmes plutôt que comme un domaine de connaissances. La suppression des livrets de compétences doit enfin avoir lieu le plus rapidement possible.

A ce sujet, le SNALC-FGAF s’inquiète du retour des formules passe-partout (triptyque savoir/savoir-faire/savoir-être, tâche complexe, etc.) au sujet des « compétences ». Jusqu’à présent, cette conception de l’enseignement a eu des effets particulièrement délétères et nous ne souhaitons pas aller plus avant dans cette direction. Le SNALC-FGAF invite donc le Conseil Supérieur des Programmes à poursuivre son travail en n’oubliant jamais la dimension pragmatique et le quotidien des classes. Nous restons pour notre part ouverts au dialogue afin de favoriser la réussite des élèves et d’apporter enfin de la stabilité aux personnels.

Contact :
Jean-Rémi GIRARD, Secrétaire national à la pédagogie du SNALC, girardsnalc@yahoo.fr