COMMUNIQUE SOCLE COMMUN : ARRÊTONS L’IDÉOLOGIE

snalc logo

Communiqué de presse du SNALC-FGAF du 22 mai 2014 :

Socle commun : arrêtons l’idéologie !

Le SNALC-FGAF, reçu par le Conseil Supérieur des Programmes hier, a donné son avis et émis ses recommandations sur le nouveau projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture. Si nous partageons la vision des finalités de l’École présentées dans le document, ainsi que l’articulation envisagée entre le socle et les programmes disciplinaires, nous ne pouvons accepter les modalités d’évaluation proposées.Le SNALC-FGAF s’est félicité de la présence explicite des disciplines scolaires dans le nouveau socle, y compris de celle des langues anciennes. Il a demandé que la discipline documentation soit explicitement mentionnée et que la place de l’ensemble des disciplines soit précisée davantage encore au fil du texte.Le SNALC-FGAF a rappelé que l’ambition présente dans le texte ne devait pas faire oublier la situation réelle des élèves et notamment de ceux à besoins éducatifs particuliers. Nous voulons que le nouveau socle demeure réaliste, au lieu de ressembler par moment à des descriptifs d’une licence universitaire. Nous souhaitons également que le socle hiérarchise les priorités qu’il fixe à l’École et au Collège, au lieu de tout mettre sur le même plan.Enfin, le SNALC-FGAF a vivement rejeté le retour masqué des itinéraires de découverte qui ont pourtant fait preuve de leur inefficacité par le passé. Nous avons surtout fustigé toute la partie sur l’évaluation du dispositif, qui pour nous doit être mise à la poubelle et réécrite depuis le début. Tout ce passage constitue une attaque en règle contre le système de notation actuel, contre les pratiques de la majorité de nos collègues et ce au nom d’une idéologie qui n’a jamais par le passé réussi à prouver son efficacité, bien au contraire. Le SNALC s’oppose à tout maintien des livrets de compétences, quel que soit le nouveau nom qu’on leur donne (« portfolios », « portefeuilles », etc.). Nous exigeons que la validation du socle ne soit rien d’autre que l’obtention du Diplôme National du Brevet, diplôme fondé sur un nombre important d’épreuves terminales nationales et anonymes, permettant ainsi d’obtenir une plus grande équité sur l’ensemble du territoire.

Contact :
Jean-Rémi GIRARD, Secrétaire national à la pédagogie du SNALC, girardsnalc@yahoo.fr