COMMUNIQUE : Discussion sur les métiers de l’éducation : de nombreuses avancées positives.

snalc logo

Communiqué de presse du SNALC-FGAF du 18 novembre 2013 :
 
 
 
Discussion sur les métiers de l’éducation : avancées positives
Le SNALC-FGAF a pris connaissance lors de la réunion de ce jour présidée par M. le Ministre de l’Education nationale des projets relatifs à l’évolution des métiers de l’Education nationale.
Il se réjouit tout d’abord que, contrairement à ce que prédisaient les habituelles Cassandre, ces projets ne remettent pas en cause les maxima de service devant élèves, conformément aux demandes du SNALC. Ils seront enfin l’occasion de clarifier les missions des professeurs dont le travail, comme chacun sait, ne se limite pas aux heures de cours et représente une durée au moins identique à celle des autres fonctionnaires d’Etat.
Par ailleurs, dans un contexte de paupérisation croissante de la profession, le SNALC se félicite de l’indemnisation nouvelle de missions réservées aux professeurs volontaires (coordinateurs de discipline, maîtres-formateurs notamment).
Il souligne également que l’attribution à tous les professeurs de première et terminale d’une pondération de 10% pour chaque heure de cours plafonnée à une HSA constitue une avancée et une reconnaissance du travail effectué dans les classes d’examens : ce dispositif simple et transparent se substituera au dispositif parfois injuste de la première chaire qui pénalisait tous ceux qui exerçaient moins de 6h dans ces classes.
De même, il estime qu’une pondération de 10% non plafonnée accordée pour chaque heure de cours aux professeurs exerçant dans les établissements les plus difficiles est une juste reconnaissance des conditions de travail que connaissent ces établissements.
 
En revanche, le SNALC, lors de prochains groupes de travail, fera des propositions concrètes concernant le nouveau système de pondération qui est envisagé en BTS (1,25h payée pour 1h de cours) et en CPGE (1,50h payée pour 1h de cours) afin que celui-ci ne lèse pas les collègues qui y travaillent et ne désorganise pas ces voies de réussite plébiscitées par les jeunes de toutes origines sociales.
Contact : François PORTZER, Président national du SNALC-FGAF