Classe exceptionnelle 2017 des agrégés

CAPA classe exceptionnelle 2017 des professeurs agrégés

Initialement prévu mercredi 14 février, la commission administrative paritaire académique (CAPA) examinant le tableau d’avancement pour l’accès au grade de professeur agrégé de classe exceptionnelle s’est tenue vendredi 16 février. La CAPN qui arrêtera les promotions se déroulera les 19 et 20 mars 2018 à Paris.

Avant l’examen du tableau d’avancement, le SNALC a tenu à dénoncer les nombreuses difficultés rencontrées lors de son travail préparatoire:

  • Nous n’avons eu ni connaissance des candidatures rejetées au titre du premier vivier et non recevables au titre du second vivier, ni accès à leurs dossiers.
  • Nous n’avons pas eu accès aux fiches de candidature.
  • Nous n’avons pas eu accès au CV Iprof de l’ensemble des candidats.

Nous avons demandé l’accès à l’ensemble de ces documents pour les prochaines campagnes.

Lors de la commission, 229 dossiers de candidats promouvables à la classe exceptionnelle, au titre des deux viviers, furent examinés. Les commissaires paritaires du SNALC-FGAF ont fourni un lourd travail de vérification sur l’ensemble des dossiers.

90 candidatures ont été étudiées au titre du vivier 1. Au titre de ce vivier 1, 14 avis « Excellent » et 23 avis « Très Satisfaisant » ont été attribués et 37 propositions ont été transmises à la CAPN.

177 candidatures ont en outre été étudiées au titre du vivier 2, dont 38 recevables également au titre du premier vivier. 6 avis « Excellent » et 35 avis « Très Satisfaisant » ont été attribués. Dans un premier temps, 14 candidatures ont été proposées par le rectorat. En effet, seuls 10 % du vivier 2 peut être proposé. Le Rectorat avait retenu pour assiette un effectif de 139 candidatures au titre du vivier 2 (177 – 38), ce qui donne 14 propositions possibles. Le SNALC a souhaité que l’assiette retenue soit de 177, correspondant au nombre de candidatures du vivier 2, ce qui permet 17 propositions. Le SNALC a été entendu et cela a permis l’ajout de 3 propositions supplémentaires.

Au total, 54 propositions ont été transmises à la CAPN.

Le rôle des élus a été d’apporter un maximum d’améliorations au projet de l’administration, dans un contexte où la demande est très forte pour cette première campagne de promotion d’un nouveau débouché de carrière. Nous avons en particulier veillé à la situation des collègues  proches de la retraite, ayant des dossiers excellents. C’est en effet l’enjeu essentiel de l’accès à la classe exceptionnelle : assurer la « rotation » des promotions de façon à ce que les futurs départs en retraite permettent de nouvelles promotions. En effet, le nombre de promotion à la classe exceptionnelle est contingenté, fixé par un pourcentage de l’effectif du corps.

Les conditions actuelles d’accès à la classe exceptionnelle au titre du premier vivier sont inadaptées à la structure de carrière des collègues. Les conditions administratives  de l’éligibilité au vivier 1 sont particulièrement restrictives et de nombreuses candidatures ont été écartées par l’administration (STS sans arrêté définitif d’affectation, formateur avec CAFFA datant d’avant 2016, certaines zones sensibles, etc.). Par ailleurs, le vivier 2 n’offre pas suffisamment de possibilités de promotion au regard du nombre de candidatures.

Les collègues affectés dans le supérieur (19 proposés sur 54, pour 50 candidatures sur les 229), et l’EPS (11 proposés sur 54, pour 33 candidatures) sont particulièrement sur-représentés.

Le volume des promotions à la classe exceptionnelle sera porté en sept ans à 10 % de l’effectif de chaque corps (soit environ 40 % des effectifs actuellement en hors-classe).

Le SNALC exige que soient revues les modalités d’accès à la classe exceptionnelle et agit pour que l’accès à la classe exceptionnelle soit ouvert au plus grand nombre.